One rainy night back in New York

Il aurait été optimal d’avoir un vélo pour bouger dans la ville et révéler notre côté bikeuses au monde. Mais les locations les moins chères sont à 40€ par jour avec obligation de le ramener au magasin à 20h… Mais grande nouvelle le vélib arrive à New York en mars. Nous avons donc énormément marché car le métro ne permettait pas de tout voir (petite précision la MetroCard à 21$ la semaine est à avoir, le ticket de bus ou de métro pour un aller étant à 1$10). Étant au niveau de la 96 ème sur Broadway en crise d’achat compulsif, nous avons continué à faire les magasins! Les fripes, Urban Outfitters (pas les mêmes fringues proposées que sur le site), un petit magasin chinois avec des chemises et vestes vraiment sympa vers la 104 ème. Mais pour ce qui est des grands magasins cela n’a pas vraiment d’intérêt vu le choix que nous avons en France. 

Nous avons voulu bruncher! Mais dans notre quartier cela n’était vraiment pas possible en semaine. Après avoir vu beaucoup de petits restos français, nous sommes allées au Henry’s, très bon et avec une super déco. De plus pas de touristes encore une fois à part nous. (Une seule petite chose embêtante à NY pas de carafe sur la table).

Marion a encore voulu s’appuyer sur un lampadaire…

Le légendaire papy qui court avec des bâtons imaginaires

Traversant le sud de central park nous arrivons dans l’Upper East Side. Mais hormis les prix rien ne le qualifiait de quartier le plus chic… Il semble que là-bas ce soit plutôt l’intérieur des bâtiments qui marque, pouvant être recouvert de marbre ou très vaste. 

Les passant étaient eux beaucoup plus chics. On peut d’ailleurs dire que le jean rouge et les parapluies transparents sont à leur paroxysme en ce moment. Les mères blondes en veste de tailleur avec les enfants en uniforme sont aussi un point de repère. Quant aux immeubles du côté de central park il y a une forme plus ancienne avec plus de bas relief mais pour un européen il est difficile de qualifier cela d’esthétique. 

En fin d’après midi le temps s’est dégradé. Ce n’est pas marrant de passer une journée sous la pluie mais cela vous montre le romantisme possible d’une ville où le travail est la base. On la regarde différemment.

Publicités

Pas besoin d'adresse mail, laissez simplement un nom. Merci pour le com!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s